Appel à communications – “Quand le cirque se raconte sur les réseaux sociaux”

Appel à communications pour la troisième séance du cycle de séminaires thématiques itinérant : Quand le cirque se raconte : paroles et voix plurielles du cirque. Mémoires, histoires, archives (2020-2022) organisé par la Chaire ICiMa et l’UMR Litt&Arts – Université Grenoble Alpes en partenariat avec l’Ésacto’Lido – École supérieure des arts du cirque de Toulouse.

QUAND LE CIRQUE SE RACONTE SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX
Récits et archives numériques, identités et diffusion artistiques, pédagogie et création
7 et 8 février 2022
à l’Ésacto’ Lido, Toulouse

Avec le soutien du ministère de la Culture – DGCA dans le cadre de l’accord cadre entre le Ministère de la culture et le CNRS.

Les propositions de communications, d’une longueur maximum de 2500 signes (espaces compris), doivent être accompagnées d’une courte biographie précisant les travaux et textes déjà publiés/parcours artistique. Elles sont à envoyer avant le 15 décembre 2021 aux adresses suivantes :

  • cyril.thomas@cnac.fr
  • marion.guyez@univ-grenoble-alpes.fr

Image à la une : © Cyril Thomas

Hybridation de l’acrobatie et du texte sur les scènes circassiennes contemporaines. Dramaturgie, fiction et représentations

“Penser le cirque, dire le cirque, écrire l’acrobatique, confronter au verbe cet art du corps, de la scène et de l’image, cet art non verbal ; penser les représentations du monde par le prisme de mises en scène acrobatiques, de la vigueur et de la fragilité des corps en suspens, étudier les points de vue singuliers que construit la place et le mouvement des corps acrobates dans l’espace ; saisir et théoriser les spécificités de la pensée acrobatique, de la réflexion sur le monde que travaillent les mouvements physiques, psychiques, esthétiques et sociaux de cet art du déséquilibre, telles sont les ambitions de ce travail.”

Marion Guyez, Hybridation de l’acrobatie et du texte sur les scènes circassiennes contemporaines. Dramaturgie, fiction, représentations, 2017.

Thèse de doctorat en arts de la scène, sous la direction de Muriel Plana et Philippe Ortel, soutenue en décembre 2017, Université Toulouse Jean Jaurès.

[Consulter la thèse sur TEL]

RÉSUMÉ

Le cirque, qui combine des disciplines et des esthétiques des plus disparates et expose les corps dans des postures extrêmes, est un art composite et excessif : profondément hybride. Cette thèse, que nous consacrons plus spécifiquement aux scènes acrobatiques, entend étudier un processus de création en articulant théorie et pratique : celui de l’hybridation de l’acrobatie avec les arts du texte (écrit et parole) grâce à l’analyse d’un corpus de spectacles acrobatiques narratifs et parlés, créés entre 2004 et 2016 par des compagnies de cirque dans des espaces scéniques variés (chapiteau, rue ou scènes de théâtre) et qui mettent en scène des fictions. L’hybridation dont ces formes font l’expérience, assez rare sur des scènes circassiennes contemporaines françaises pourtant foisonnantes, nous permet d’approfondir l’étude de plusieurs questions qui animent la création acrobatique actuelle : celle de la poétique de l’acrobatie que sous-tend la quête des dramaturgies circassiennes, de la composition des formes, et par conséquent celle de l’auctorialité dans les formes acrobatiques. C’est bien le mouvement de transformation d’un art et des représentations qu’il véhicule que nous cherchons à saisir, ainsi que les présupposés qui sous-tendent l’affirmation de la légitimité du cirque sur les scènes contemporaines. Comment les transformations que le texte imprime à l’art vigoureux et fragile de l’acrobatie, et réciproquement, permettent-elles de repenser les modalités de composition d’une forme acrobatique ? Quelles visions du monde les acrobates ont-ils à partager ? Quels mondes à inventer et à représenter ? Le texte et la parole imposent de repenser les corporéités acrobatiques en même temps que les logiques de composition des créations : ils participent au renouvellement des scènes circassiennes qui affinent et affirment par ce biais leur point de vue sur le monde.

Continuer la lecture de Hybridation de l’acrobatie et du texte sur les scènes circassiennes contemporaines. Dramaturgie, fiction et représentations

Séminaire – Dialogues sur les enjeux de la recherche-création pour les sciences humaines

La sixième séance du Séminaire Recherche création : Dialogues sur les enjeux de la recherche-création pour les sciences humaines organisé par Carolane Sanchez et Françoise Chambefort à l’Université Bourgogne Franche-Comté le 1er avril 2021 était consacrée à la recherche création en cirque et intitulée “Les arts du cirque comme espace singulier d’écriture théorique et artistique”.

J’y ai parlé de la façon dont j’articule dans mon parcours « recherche et création » en insistant sur les collaborations en tant qu’artiste et chercheuse avec mes collègues des deux milieux académique et artistique. Je me suis appuyée principalement sur deux exemples de recherche. Je suis d’abord revenue sur mon travail de thèse qui n’est pas à proprement parlé une thèse en recherche-création mais dont une large partie est basée sur une expérience de création menée au sein de la Compagnie d’Elles. Puis, j’ai présenté Poétique des (des)équilibres, un projet de recherche commencé en 2019, basé sur mon expérience de la pratique des équilibres sur les mains.

La discussion sur la recherche création en cirque s’est poursuivit avec l’intervention de Cyril Thomas (responsable du pôle Ressources et Recherche au Centre national des arts du cirque de Châlons-en-Champagne et cotitulaire de la chaire ICiMa) qui présente notamment différents dispositifs de soutien aux projets qui mêlent recherche et création en cirque.

Consulter la vidéo de la rencontre sur le carnet du séminaire Recherche Création  : https://rc.hypotheses.org/56

Ecran de visio-conférence

Fictions acrobatiques dans la revue Percées

La revue québécoise en ligne dédiées aux arts vivants Percées publie “Les fictions acrobatiques : À dada!!! et Les Petits Bonnets par Pascaline Herveet et le Cirque du Dr Paradi“, un article de Marion Guyez, dans un dossier consacré aux “Dramaturgies françaises contemporaines (2000-2020)” dirigé par Pauline Bouchet.

Lire l’article sur le site de la revue Percées

Résumé
Cet article consacré aux dramaturgies du cirque en France porte sur deux spectacles récents créés sous chapiteau par Pascaline Herveet et le Cirque du Dr Paradi, À dada!!! (2014) et Les Petits Bonnets (2019). Nous proposons d’étudier la façon dont l’autrice, chanteuse et metteure en scène expérimente l’hybridation du cirque avec les autres arts (texte, musique, danse) afin de composer des fictions acrobatiques et circassiennes polymorphes et politiques.

Image à la une : Toile – Tôle story – Cie d’Elles © Marion Guyez

 

Contribution à l’atelier numérique « Enquêter, explorer, documenter : la création en recherche » – Atelier des doctorants en danse

Cette contribution a été enregistrée et diffusée en juin 2020 dans le cadre de l‘Atelier numérique “Enquêter, explorer, documenter : la création en recherche” organisé par Céline Gauthier et Lucas Serrol dans le cadre des ateliers des doctorants en danse du Centre national de la danse.

[Lire l’avant-propos de l’atelier par Céline Gauthier et Lucas Serrol]

J’y présente la démarche qui motive Poétique des (des)équilibres, la façon dont j’articule mon expérience de la création et celle de la recherche, et les différentes modalités de dialogues entre artistes et chercheur·euses.  Il s’agit d’une première synthèse après une première phase de recherche sur les équilibres sur les mains et d’une première série d’Endurances, ces ateliers de recherche création réalisés entre juin 2019 et février 2020.

Pour consulter et citer la publication orginale sur le Carnet de l’Atelier des doctorants en danse :
Marion Guyez, « Poétique des (des)équilibres. À la recherche d’une autre acrobatie », 18/06/2020, in carnet de l’Atelier des doctorants en danse, Centre national de la danse, ISSN 2678-8292, https://docdanse.hypotheses.org/1179.

Image à la une : Matériel d’équilibres. © Marion Guyez.

Rythme et regards – Atelier 3

Ce troisième atelier de recherche théorique et pratique a eu lieu du lundi 24 au mercredi 26 février 2020 à La Grainerie à Balma (31). Il était consacré au rythme et au regard dans les pratiques d’équilibre.

Tenir en équilibre, c’est plonger le regard vers le sol, dérober son regard de celui des autres, réduire la profondeur de son champ visuel. Nous nous sommes intéressés à ce que voient les équilibristes dont le regard est tourné vers le sol, au foisonnement de détails des gros plans sur quelques mètres carrés de sol ; et surtout aux mille visions qui habitent l’intériorité d’un corps sur les mains, qui en assurent l’(in)stabilité, qui en dessinent les lignes et qui en nourrissent la densité poétique, acrobatique et scénique jusqu’à une dimension méditative. Quelles images et quels imaginaires meuvent les corps renversés ?

Images : Poétiques des (des)équilibres, endurance 3, La Grainerie © Emmanuelle Galivarts

Avec : Marion Guyez (MCF arts de la scène, UGA), Malika Lapeyre (danseuse et chorégraphe, formée en Body mind centering), Valentina Melotti (équilibriste), Rita Martins (équilibriste), Karine Saroh (docteure en arts de la scène, Université Toulouse Jean Jaurès), Anne Pellus, (MCF en danse, Université Toulouse Jean Jaurès), Louisa Wruck (fil-de-fériste), Ella Beerlioushe (équilibriste, en formation à l’ESACTO, Toulouse), Louise Vincent (équilibriste, en formation à l’ESACTO, Toulouse).

Avec le soutien de la Structure fédérative de recherche Création, Université Grenoble Alpes, du Centre national des arts du cirque, Châlons-en-Champagne, de La Grainerie, fabrique des arts du cirque et de l’itinérance à Balma en partenariat avec l’Université Toulouse Jean Jaurès.

Image à la une : Affiche de Poétique des (des)équilibres à La Grainerie © Marion Guyez

Im-mobilités – Atelier 2

Ce deuxième atelier de recherche théorique et pratique a eu lieu du lundi 2 au mercredi 3 décembre 2019. Il était consacré à la notion d’immobilité, plus précisément aux mobilités subtiles qui traversent l’immobilité. En effet, tenir en équilibre et rester le corps reversé sur les mains, c’est souvent faire l’expérience d’une im-mobilité intense. Comment les corps souples, mobiles et vivants s’acclimatent-ils à cette extrême stabilité ? Comment réajustent-ils les déséquilibres ? Nous nous proposons de détailler la densité de mouvements qui habite les corps immobiles et nous discuterons de la façon dont les flux sanguins, les flux du souffle, les battements, la tension et le relâchement des tissus, jusqu’au flot de la pensée structurent tant l’espace scénique que l’imaginaire du déséquilibre dans l’immobilité.

Traces du mouvement des équilibres par Lila Nagoya © Poétique des (des)équilibres, décembre 2019.

Avec : Naloëne Berneron (équilibriste, Grenoble), Mila Volmat (équilibriste, Grenoble), Lila Nagoya (danseuse et plasticienne, Paris), Verena Schneider (équilibriste, Autriche), Léa Andréaoléty (doctorante en arts de la scène, UGA), Dorothée Dall’Agnola (équilibriste, France), Malika Lapeyre (danseuse et chorégraphe, formée en Body mind centering), Laura Fanouillet (doctorante en danse, UGA), Marion Guyez (MCF arts de la scène, UGA).

Avec le soutien de la Structure fédérative de recherche Création, Université Grenoble Alpes, et du Centre national des arts du cirque, Châlons-en-Champagne.

Images à la une : Poétique des (des)équilbres © Laura Fanouillet

Être équilibriste, tenir la ligne – Atelier 1

Affiche endurance 1Le premier atelier de recherche création de Poétique des (des)équilibres a eu lieu du lundi 3 au mercredi 5 juin 2019 à la Maison de la Création et de l’Innovation de l’Université Grenoble Alpes sur le campus de Saint-Martin-d’Hères et a donné lieu à une restitution publique le 5 juin.

Les équilibristes, artistes et chercheur·euses réuni·es par Marion Guyez durant ces trois jours ont longuement discuté de ce qu’être équilibriste veut dire. À partir de quand se sent-on équilibriste ? Comment cette pratique s’inscrit-elle au quotidien dans nos corps dans le cadre de l’apprentissage, en période de création, en tournée? Comment la pratique se transforme-t-elle au fil des années ? Et, alors que les années passent, que les corps fatiguent, vieillissent, s’usent, qu’est-ce qui nous fait encore tenir (sur les mains) ?

La notion de “ligne”, qui structure fortement par la quête de l’alignement parfait, la pratique actuelle des équilibres (comme d’autres pratiques telles que la danse classique, la gymnastique ou le yoga) a également été l’une des lignes directrices de ce premier atelier.

Avec les artistes et chercheur.eures : Noémie Armellin (équilibriste, Suisse), Lucie Bonnet (M2 création artistique UGA), Christelle Dubois (équilibriste, Bordeaux), Laura Fanouillet (doctorante en danse, UGA), Marion Guyez (MCF arts de la scène, UGA), Malika Lapeyre (danseuse et chorégraphe, formée en BMC), Rachel Martin (acrobate, Grenoble), Julie Tavert (acrodanseuse, Lyon).

Avec le soutien de la Structure fédérative de recherche Création, Université Grenoble Alpes, et du Centre national des arts du cirque, Châlons-en-Champagne.

Image à la une : Forêt © Marion Guyez

“De l’artiste à l’auteur : processus de légitimation du cirque comme art de création en France” Revue Tangence

Résumé
Cet article propose d’étudier la notion d’auteur dans le contexte circassien français des années 2010 où elle reste controversée et floue malgré un usage de plus en plus courant. Il s’agira notamment de comprendre comment, dans un mouvement d’attraction et de répulsion envers les modèles littéraires et dramatiques, l’identification et la reconnaissance de l’auctorialité des formes scéniques de cet art du corps contribuent à renforcer la légitimité du cirque comme art de création et non pas seulement comme art du divertissement. Après avoir étudié les dimensions visuelle, sensible et physique des écritures scéniques circassiennes proches des esthétiques des scènes postdramatiques, nous détaillerons les formes que prennent les écrits (dossiers, notes, croquis, traces, etc.) produits par les circassien·ne·s.

Consulter l’article en ligne sur le site de la revue Tangence

Référence papier
Marion Guyez, « De l’artiste à l’auteur : processus de légitimation du cirque comme art de création en France »Tangence, 121 | 2019, 141-155.

Référence électronique
Marion Guyez, « De l’artiste à l’auteur : processus de légitimation du cirque comme art de création en France »Tangence [En ligne], 121 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/tangence/1083

“Tous les vents qui traversent le corps et la tête*” : Paroles et écritures du cirque

« TOUS LES VENTS QUI TRAVERSENT LE CORPS ET LA TÊTE* » : PAROLES ET ÉCRITURES DU CIRQUE
4 & 5 février 2021
En ligne

Cette première séance du cycle de séminaires thématiques itinérant, Quand le cirque se raconte : paroles et voix plurielles du cirque. Mémoires, histoires, archives, se penchera sur des formats d’écritures divers, produits par des artistes de cirque pour la scène ou à côté.

Cette séance de séminaire, programmée dans le cadre de la Biennale internationale des Arts du Cirque de Marseille, réunira des artistes, des autrices circassiennes et des chercheur·euses pour une série de tables-rondes et de communications, afin d’explorer les liens entre cirque et récit par le biais des écritures. Elle se penchera sur des formats d’écritures divers, produits par des artistes de cirque pour la scène ou à côté (aussi bien poésie, pièce de cirque et théorie que carnets de notes, témoignages…).

PROGRAMME

CONTRIBUTIONS PRÉ-ENREGISTRÉES

Découvrez en amont de l’évènement des interventions d’invité·es mises en ligne sur la chaîne YouTube du CNAC, et une playlist d’extraits de textes choisis par les participant·es : 

► Cadavre Exquis : écriture plurielle et multiplicité des écritures à partir d’un spectacle, dialogue entre Élodie Guézou, Guillaume Dekerle, Stéphanie Odoux et Magali Sizorn

► THE BARBETTE PROJECT: Gender Performance and Queer Bodies, par Stav Meishar (en anglais)

► Dialogue entre Andréane Leclerc et Ariane Martinez

► Practice / Cirque en paroles, par Verena Schneider

► Playlist d’extraits de textes choisis par les participant·es

 

RESSOURCES

[Consulter l’article “Ressources Cirque et écritures” sur le blog de la chaire ICiMa]

***

* COLLÉ Marion, “Je sauve”, poème du recueil Être fil, Paris, Éditions Bruno Doucey, 2018.

Image à la une : Cie Equinoctis – Sabrina Sow © Alexis Christiaen

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search