Hybridation de l’acrobatie et du texte sur les scènes circassiennes contemporaines. Dramaturgie, fiction et représentations

“Penser le cirque, dire le cirque, écrire l’acrobatique, confronter au verbe cet art du corps, de la scène et de l’image, cet art non verbal ; penser les représentations du monde par le prisme de mises en scène acrobatiques, de la vigueur et de la fragilité des corps en suspens, étudier les points de vue singuliers que construit la place et le mouvement des corps acrobates dans l’espace ; saisir et théoriser les spécificités de la pensée acrobatique, de la réflexion sur le monde que travaillent les mouvements physiques, psychiques, esthétiques et sociaux de cet art du déséquilibre, telles sont les ambitions de ce travail.”

Marion Guyez, Hybridation de l’acrobatie et du texte sur les scènes circassiennes contemporaines. Dramaturgie, fiction, représentations, 2017.

Thèse de doctorat en arts de la scène, sous la direction de Muriel Plana et Philippe Ortel, soutenue en décembre 2017, Université Toulouse Jean Jaurès.

[Consulter la thèse sur TEL]

RÉSUMÉ

Le cirque, qui combine des disciplines et des esthétiques des plus disparates et expose les corps dans des postures extrêmes, est un art composite et excessif : profondément hybride. Cette thèse, que nous consacrons plus spécifiquement aux scènes acrobatiques, entend étudier un processus de création en articulant théorie et pratique : celui de l’hybridation de l’acrobatie avec les arts du texte (écrit et parole) grâce à l’analyse d’un corpus de spectacles acrobatiques narratifs et parlés, créés entre 2004 et 2016 par des compagnies de cirque dans des espaces scéniques variés (chapiteau, rue ou scènes de théâtre) et qui mettent en scène des fictions. L’hybridation dont ces formes font l’expérience, assez rare sur des scènes circassiennes contemporaines françaises pourtant foisonnantes, nous permet d’approfondir l’étude de plusieurs questions qui animent la création acrobatique actuelle : celle de la poétique de l’acrobatie que sous-tend la quête des dramaturgies circassiennes, de la composition des formes, et par conséquent celle de l’auctorialité dans les formes acrobatiques. C’est bien le mouvement de transformation d’un art et des représentations qu’il véhicule que nous cherchons à saisir, ainsi que les présupposés qui sous-tendent l’affirmation de la légitimité du cirque sur les scènes contemporaines. Comment les transformations que le texte imprime à l’art vigoureux et fragile de l’acrobatie, et réciproquement, permettent-elles de repenser les modalités de composition d’une forme acrobatique ? Quelles visions du monde les acrobates ont-ils à partager ? Quels mondes à inventer et à représenter ? Le texte et la parole imposent de repenser les corporéités acrobatiques en même temps que les logiques de composition des créations : ils participent au renouvellement des scènes circassiennes qui affinent et affirment par ce biais leur point de vue sur le monde.

ABSTRACT

The circus, which combines the most disparate disciplines and aesthetics and exposes the bodies in extreme postures, is a composite and excessive art: deeply hybrid. Articulating theory and practice, this thesis devoted to acrobatic scenes intends to study process of creation: specifically the hybridization of acrobatics with the arts of text (writing and talking) based on a corpus of narrative and spoken acrobatic performances created between 2004 and 2016 by circus companies in various scenic spaces (tent, street or theater scenes) and which stages fictions. However this hybridization is quite rare in abounding French contemporary circus scenes, these scenic experiences has allowed us to deepen the study of several questions that animate nowadays acrobatic creation: poetics of acrobatics that underlies the quest for circus dramaturgies, composition of forms and consequently that of auctoriality in acrobatic forms. Indeed, this thesis aim to study the movement of transformation of an art and its representations, as well as the presuppositions that underlie the affirmation of the legitimacy of circus performances on contemporary scenes. How do the transformations, which the text imparts to the strong and fragile acrobatics arts, and vice versa, implies to rethink the composition modalities of an acrobatic show? What visions of the world do acrobats have to share? What worlds do they have to invent and represent? Text and speech impose to rethinking acrobatic corporeities along with the logic of the composition of the creations: they participate in the renewal of the circus scenes which refine and affirm their point of view on the world.

Image à la une : Selféqui – conclusion de thèse © Marion Guyez


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.