Archives de catégorie : Endurances

Rythme et regards – Atelier 3

Ce troisième atelier de recherche théorique et pratique a eu lieu du lundi 24 au mercredi 26 février 2020 à La Grainerie à Balma (31). Il était consacré au rythme et au regard dans les pratiques d’équilibre.

Tenir en équilibre, c’est plonger le regard vers le sol, dérober son regard de celui des autres, réduire la profondeur de son champ visuel. Nous nous sommes intéressés à ce que voient les équilibristes dont le regard est tourné vers le sol, au foisonnement de détails des gros plans sur quelques mètres carrés de sol ; et surtout aux mille visions qui habitent l’intériorité d’un corps sur les mains, qui en assurent l’(in)stabilité, qui en dessinent les lignes et qui en nourrissent la densité poétique, acrobatique et scénique jusqu’à une dimension méditative. Quelles images et quels imaginaires meuvent les corps renversés ?

Images : Poétiques des (des)équilibres, endurance 3, La Grainerie © Emmanuelle Galivarts

Avec : Marion Guyez (MCF arts de la scène, UGA), Malika Lapeyre (danseuse et chorégraphe, formée en Body mind centering), Valentina Melotti (équilibriste), Rita Martins (équilibriste), Karine Saroh (docteure en arts de la scène, Université Toulouse Jean Jaurès), Anne Pellus, (MCF en danse, Université Toulouse Jean Jaurès), Louisa Wruck (fil-de-fériste), Ella Beerlioushe (équilibriste, en formation à l’ESACTO, Toulouse), Louise Vincent (équilibriste, en formation à l’ESACTO, Toulouse).

Avec le soutien de la Structure fédérative de recherche Création, Université Grenoble Alpes, du Centre national des arts du cirque, Châlons-en-Champagne, de La Grainerie, fabrique des arts du cirque et de l’itinérance à Balma en partenariat avec l’Université Toulouse Jean Jaurès.

Image à la une : Affiche de Poétique des (des)équilibres à La Grainerie © Marion Guyez

Im-mobilités – Atelier 2

Ce deuxième atelier de recherche théorique et pratique a eu lieu du lundi 2 au mercredi 3 décembre 2019. Il était consacré à la notion d’immobilité, plus précisément aux mobilités subtiles qui traversent l’immobilité. En effet, tenir en équilibre et rester le corps reversé sur les mains, c’est souvent faire l’expérience d’une im-mobilité intense. Comment les corps souples, mobiles et vivants s’acclimatent-ils à cette extrême stabilité ? Comment réajustent-ils les déséquilibres ? Nous nous proposons de détailler la densité de mouvements qui habite les corps immobiles et nous discuterons de la façon dont les flux sanguins, les flux du souffle, les battements, la tension et le relâchement des tissus, jusqu’au flot de la pensée structurent tant l’espace scénique que l’imaginaire du déséquilibre dans l’immobilité.

Traces du mouvement des équilibres par Lila Nagoya © Poétique des (des)équilibres, décembre 2019.

Avec : Naloëne Berneron (équilibriste, Grenoble), Mila Volmat (équilibriste, Grenoble), Lila Nagoya (danseuse et plasticienne, Paris), Verena Schneider (équilibriste, Autriche), Léa Andréaoléty (doctorante en arts de la scène, UGA), Dorothée Dall’Agnola (équilibriste, France), Malika Lapeyre (danseuse et chorégraphe, formée en Body mind centering), Laura Fanouillet (doctorante en danse, UGA), Marion Guyez (MCF arts de la scène, UGA).

Avec le soutien de la Structure fédérative de recherche Création, Université Grenoble Alpes, et du Centre national des arts du cirque, Châlons-en-Champagne.

Images à la une : Poétique des (des)équilbres © Laura Fanouillet

Être équilibriste, tenir la ligne – Atelier 1

Affiche endurance 1Le premier atelier de recherche création de Poétique des (des)équilibres a eu lieu du lundi 3 au mercredi 5 juin 2019 à la Maison de la Création et de l’Innovation de l’Université Grenoble Alpes sur le campus de Saint-Martin-d’Hères et a donné lieu à une restitution publique le 5 juin.

Les équilibristes, artistes et chercheur·euses réuni·es par Marion Guyez durant ces trois jours ont longuement discuté de ce qu’être équilibriste veut dire. À partir de quand se sent-on équilibriste ? Comment cette pratique s’inscrit-elle au quotidien dans nos corps dans le cadre de l’apprentissage, en période de création, en tournée? Comment la pratique se transforme-t-elle au fil des années ? Et, alors que les années passent, que les corps fatiguent, vieillissent, s’usent, qu’est-ce qui nous fait encore tenir (sur les mains) ?

La notion de “ligne”, qui structure fortement par la quête de l’alignement parfait, la pratique actuelle des équilibres (comme d’autres pratiques telles que la danse classique, la gymnastique ou le yoga) a également été l’une des lignes directrices de ce premier atelier.

Avec les artistes et chercheur.eures : Noémie Armellin (équilibriste, Suisse), Lucie Bonnet (M2 création artistique UGA), Christelle Dubois (équilibriste, Bordeaux), Laura Fanouillet (doctorante en danse, UGA), Marion Guyez (MCF arts de la scène, UGA), Malika Lapeyre (danseuse et chorégraphe, formée en BMC), Rachel Martin (acrobate, Grenoble), Julie Tavert (acrodanseuse, Lyon).

Avec le soutien de la Structure fédérative de recherche Création, Université Grenoble Alpes, et du Centre national des arts du cirque, Châlons-en-Champagne.

Image à la une : Forêt © Marion Guyez