POÉTIQUE DES (DES)ÉQUILIBRES

S’appliquer à poser délicatement les deux mains sur le sol, ajuster l’alignement des doigts et les tendre, sentir la qualité de la matière du sol sous la surface des paumes de main, aligner les épaules au-dessus des poignets, inspirer par le nez, pousser dans les jambes et stabiliser le corps renversé au-dessus des membres antérieurs…

C’est à la poétique de cette position instable dont le cirque a fait une discipline à part entière, les équilibres sur les mains, et à la place qu’elle occupe dans les processus de création contemporains que nous proposons de consacrer une série d’ateliers de recherche-création réunissant chercheur.es, artistes et artistes-chercheur.es.

Ce projet de recherche est composé de trois mouvements de recherche conjoints, qui permettront de documenter du point de vue du processus de la création artistique une discipline acrobatique peu étudiée dans le champ des études circassiennes.

Mouvement 1 – Correspondance

Le premier mouvement repose sur la démarche autoréflexive d’une équilibriste-chercheuse, Marion Guyez. Il s’agit de parcourir et de mettre en mots l’itinéraire sensible du quotidien du métier d’équilibriste par le biais de notions fondamentales de cette pratique artistique exigeante. Après avoir étudié et écrit sur la « douleur[1] » (2013) et le « risque[2] » (2018), Marion Guyez approfondira la notion de « ligne » qui façonne les corps en équilibre et les modalités de compositions du mouvement sur les mains, ainsi que celles de « vertige », de « routine », de « fragilité » et de « rythme ». Comment les contraintes physiques et biomécaniques spécifiques à cette discipline déterminent-elles tant une démarche artistique qu’un mode de vie ? Quels appuis le corps renversé trouve-t-il dans l’espace public, quelle place s’y dessine-t-il ? Une partie intitulée « Poils, tissus, pigments et tablette de chocolat » sera consacrée aux injonctions sociales attachées à cette pratique que les équilibristes incorporent et qui façonnent les corps renversés.

Ce premier mouvement fait l’objet d’une correspondance adressée par la voie postale à Yaëlle Antoine, car les équilibres sur les mains cultivent la lenteur.

L’ensemble des textes produits, des notions abordées et des hypothèses dép loyées dans le cadre de ce premier mouvement autoréflexif et théorico-pratique pourront constituer un point d’appui au second mouvement de recherche.

Mouvement 2 -Endurances

Le second mouvement prolonge et accompagne dans le cadre d’ateliers collectifs et interdisciplinaires l’étude des processus de création des équilibres sur les mains, entamée dans le mouvement 1.

Il est constitué d’ateliers de recherche basée sur la pratique, suivis chacun par une Endurance, c’est-à-dire une restitution publique sous la forme d’un séminaire articulant théorie et pratique (lecture performée composée d’équilibres sur les mains et de textes, puis discussion).

Ces ateliers réunissent principalement des équilibristes des scènes contemporaines internationales qui développent une démarche réflexive dans le cadre de leurs activités artistiques, pédagogiques ou académiques, mais aussi des chercheur·euse·s, pédagogues et artistes issus d’autres pratiques physiques et/ou artistiques qui mobilisent les équilibres sur les mains et des appuis sur les membres antérieurs telles que la danse, le yoga, l’acrosport, etc.

Les ateliers théorico-pratiques fondés sur le partage d’expériences abordent les questions suivantes communes aux activités des artistes et chercheur.es en arts de la scène et de l’espace public et aux pédagogues du cirque et de la danse au-delà du champ académique :

– Les processus d’écritures scéniques des formes contemporaines. Quelles sont les modalités d’élaboration d’une séquence d’équilibres sur les mains ? Comment la finesse des sensations et la fragilité des postures conditionnent-elles les moteurs de composition des formes scéniques qui mettent en scène des équilibres ?

– La relation du corps à l’espace, à un agrès, à une scénographie, à un espace non dédié (création in situ). Comment les corps renversés, flottant au-dessus du sol sur l’appui réduit de la paume de la main, interagissent-ils avec l’espace qui les environne ?

– Les représentations que composent les corps renversés. Quels imaginaires du corps et quelles visions du monde le long et fastidieux apprentissage qui conduit à la construction de ces corps renversés permet-il de constituer ?

Mouvement 3Écrire les (des)équilibres 

Car des dizaines de créations et une thèse sur le sujet plus tard, mon obsession reste inchangée : mais qu’écrivent donc les acrobates ?

Ce projet s’inscrit dans le programme ECLAIR de la Structure fédérative de recherche Création et dans l’Axe 3 – Expérience de la création de l’UMR 5316 Litt&Arts de l’Université Grenoble Alpes. 

Avec le soutien de la Structure fédérative de recherche Création, Université Grenoble Alpes, du Centre national des arts du cirque, Châlons-en-Champagne et du ministère de la Culture DGCA – Recherche.

[1] Marion Guyez, « A tale of endorphins », trad. C. Stall-Paquet, Corpo-grafías. Estudios críticos de y desde los cuerpos n°3, Bogota, Facultad de artes-ASAB, Universitad distrital Francisco Jose de Caldas, 2016. http://revistas.udistrital.edu.co/ojs/index.php/CORPO/issue/view/853/showToc

[2] Colloque international Circus and its others, Prague, 2018. https://icima.hypotheses.org/2371

Image à la une : Marion Guyez et Dorothée Dall’Agnola © O’Maphotographie

 

Recherche et création en cirque

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search