Archives par mot-clé : Fictions acrobatiques

Hybridation de l’acrobatie et du texte sur les scènes circassiennes contemporaines. Dramaturgie, fiction et représentations

“Penser le cirque, dire le cirque, écrire l’acrobatique, confronter au verbe cet art du corps, de la scène et de l’image, cet art non verbal ; penser les représentations du monde par le prisme de mises en scène acrobatiques, de la vigueur et de la fragilité des corps en suspens, étudier les points de vue singuliers que construit la place et le mouvement des corps acrobates dans l’espace ; saisir et théoriser les spécificités de la pensée acrobatique, de la réflexion sur le monde que travaillent les mouvements physiques, psychiques, esthétiques et sociaux de cet art du déséquilibre, telles sont les ambitions de ce travail.”

Marion Guyez, Hybridation de l’acrobatie et du texte sur les scènes circassiennes contemporaines. Dramaturgie, fiction, représentations, 2017.

Thèse de doctorat en arts de la scène, sous la direction de Muriel Plana et Philippe Ortel, soutenue en décembre 2017, Université Toulouse Jean Jaurès.

[Consulter la thèse sur TEL]

RÉSUMÉ

Le cirque, qui combine des disciplines et des esthétiques des plus disparates et expose les corps dans des postures extrêmes, est un art composite et excessif : profondément hybride. Cette thèse, que nous consacrons plus spécifiquement aux scènes acrobatiques, entend étudier un processus de création en articulant théorie et pratique : celui de l’hybridation de l’acrobatie avec les arts du texte (écrit et parole) grâce à l’analyse d’un corpus de spectacles acrobatiques narratifs et parlés, créés entre 2004 et 2016 par des compagnies de cirque dans des espaces scéniques variés (chapiteau, rue ou scènes de théâtre) et qui mettent en scène des fictions. L’hybridation dont ces formes font l’expérience, assez rare sur des scènes circassiennes contemporaines françaises pourtant foisonnantes, nous permet d’approfondir l’étude de plusieurs questions qui animent la création acrobatique actuelle : celle de la poétique de l’acrobatie que sous-tend la quête des dramaturgies circassiennes, de la composition des formes, et par conséquent celle de l’auctorialité dans les formes acrobatiques. C’est bien le mouvement de transformation d’un art et des représentations qu’il véhicule que nous cherchons à saisir, ainsi que les présupposés qui sous-tendent l’affirmation de la légitimité du cirque sur les scènes contemporaines. Comment les transformations que le texte imprime à l’art vigoureux et fragile de l’acrobatie, et réciproquement, permettent-elles de repenser les modalités de composition d’une forme acrobatique ? Quelles visions du monde les acrobates ont-ils à partager ? Quels mondes à inventer et à représenter ? Le texte et la parole imposent de repenser les corporéités acrobatiques en même temps que les logiques de composition des créations : ils participent au renouvellement des scènes circassiennes qui affinent et affirment par ce biais leur point de vue sur le monde.

Continuer la lecture de Hybridation de l’acrobatie et du texte sur les scènes circassiennes contemporaines. Dramaturgie, fiction et représentations

Fictions acrobatiques dans la revue Percées

La revue québécoise en ligne dédiées aux arts vivants Percées publie “Les fictions acrobatiques : À dada!!! et Les Petits Bonnets par Pascaline Herveet et le Cirque du Dr Paradi“, un article de Marion Guyez, dans un dossier consacré aux “Dramaturgies françaises contemporaines (2000-2020)” dirigé par Pauline Bouchet.

Lire l’article sur le site de la revue Percées

Résumé
Cet article consacré aux dramaturgies du cirque en France porte sur deux spectacles récents créés sous chapiteau par Pascaline Herveet et le Cirque du Dr Paradi, À dada!!! (2014) et Les Petits Bonnets (2019). Nous proposons d’étudier la façon dont l’autrice, chanteuse et metteure en scène expérimente l’hybridation du cirque avec les autres arts (texte, musique, danse) afin de composer des fictions acrobatiques et circassiennes polymorphes et politiques.

Image à la une : Toile – Tôle story – Cie d’Elles © Marion Guyez